Le Forum sur l’information et la démocratie annonce la création de son groupe de travail inaugural, dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 qui continue à se développer. L’institution sollicitera des experts, des universitaires et des juristes partout dans le monde pour formuler un cadre de régulation et d’autorégulation en réponse à l’infodémie et au chaos informationnel. Une ambition : favoriser un changement systémique.

Le Comité de pilotage (steering committee), dont la composition sera annoncée le 6 juillet, sera présidé par Maria Ressa et Marietje Schaake. Rédactrice en chef du site d’investigation Rappler aux Philippines, membre de la Commission sur l’information et la démocratie, Maria Ressa a été l’une des “personnes de l’année” du magazine Time en 2018. Députée néerlandaise au Parlement européen de 2009 à 2019, Marietje Schaake est actuellement directrice “international policy” au Cyber Policy Center de l’université de Stanford.

Le groupe, qui sera animé par le secrétariat permanent du Forum, aura pour objet de formuler des recommandations sur la mise en conformité de la modération du contenu avec les standards internationaux, la promotion de la fiabilité de l’information, les règles pour les messageries privées empruntant des logiques d’espace public et la transparence  des plateformes quant à leurs modèles économiques et choix algorithmiques. Un appel à contributions sera publié mi-juillet.

Avec la création de ce groupe de travail, nous entendons favoriser une réponse structurelle à des phénomènes de rumeurs et de désinformation, explique Christophe Deloire, président du Forum sur l’information et la démocratie. Si besoin en était, la pandémie de COVID-19 a confirmé l’urgence d’agir. Face à des phénomènes aussi dangereux, les dispositifs partiels ne suffisent pas. Nous avons besoin d’un changement systémique.

“Lorsque les mensonges chargés de haine et de colère se répandent plus vite que les faits, cela empoisonne notre écosystème de l’information et tue la démocratie, déclare Maria Ressa. Sans les faits, il ne peut y avoir d’intégrité des marchés ou des élections ! Je suis impatiente de travailler avec des experts du monde entier dans différents domaines pour  proposer des solutions permettant de gagner le combat pour la vérité des faits”.  

« S’y retrouver dans le paysage informationnel, où règnent l’intérêt commercial, la désinformation et la médiocrité, ainsi que des comportements hypocrites généralisés, est loin d’être facile pour nombre d’utilisateurs, déclare Marietje Schaake. Le journalisme est la clé qui permet de comprendre les enjeux politiques et de pouvoir qui gouvernent l’information. C’est un honneur pour moi de travailler avec un groupe d’experts de tous horizons pour renforcer la liberté de parole et la résilience du débat démocratique. »

A propos du Forum sur l’information et la démocratie

Le Forum sur l’information et la démocratie contribuera à la régulation et à l’auto-régulation de l’espace de l’information et de la communication. Il vise à mettre en oeuvre le Partenariat international sur l’information et la démocratie, lancé en septembre 2019 en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, désormais signé par 37 pays. 


Le Forum a été créé en novembre 2019 à l’initiative de 11 organisations, centres de recherches et think tanks de tous les continents : Center for International Governance Innovation (Canada), CIVICUS (Afrique du Sud), la Digital Rights Foundation (Pakistan), Free Press Unlimited (Pays-Bas), le Human Rights Center de l’UC Berkeley School of Law (États-Unis), l’Institute for Strategic Dialogue (Royaume-Uni), OBSERVACOM (Uruguay), l’Open Government Partnership (États-Unis), le Peace Research Institute Oslo (Norvège), Reporters sans frontières / RSF (France) et Research ICT Africa (Afrique du Sud).